Vente de F-35 au Qatar : le Mossad et les démocrates américains disent non

par | 16 novembre 2020 | Newsletter

Le directeur du Mossad, Eli Cohen, ne souhaite pas que les États-Unis répondent positivement à la demande du Qatar d’acquérir l’avion de combat F-35. Si Israël comprend l’exigence du parallélisme des formes entre les EAU et le Qatar, en revanche l’orientation – qui semble profonde – de la politique étrangère de l’Emir du Qatar, pro-turc et pro-Frère musulman, ne peut qu’inviter l’État hébreu à être hostile au principe même d’une acquisition qatarie du F-35.

C’est avec la même stratégie en tête que le ministre de la Défense, M. Gantz est allé en fin de mois aux États-Unis arracher à une Administration en pleine dernière ligne droite électorale des décisions permettant à Israël de continuer à disposer d’une suprématie militaire incontestable dans la région.

L’État hébreu cherche en effet à obtenir un certain de systèmes d’armes (satellite de communication, ravitailleurs, F-35 supplémentaires, hélicoptères V-22, munitions complexes) : il craint en effet que la normalisation avec les pays arabes ne relance une course aux armements américains sophistiqués chez ces pays, l’obligeant à un sursaut d’acquisitions militaires dont il n’a pas les moyens budgétaires.

À noter que la vente de F-35 aux EAU a été notifiée au Congrès officiellement ; le député démocrate de New-York par ailleurs Président de la Commission des Affaires étrangères, M. Engel, a fait savoir qu’il s’opposait à la vente, susceptible selon lui de changer les équilibres de la région.

Share This