Tribune de Jérôme Rivière, député français au Parlement européen

Tribune de Jérôme Rivière, député français au Parlement européen

par | 24 avril 2020 | Communiqués

L’épreuve que nous vivons, cette irruption du tragique, ne sera pas vaine si elle met fin aux erreurs et aux mythes que sont l’idéologie sans-frontiériste, la mondialisation heureuse, le déracinement, le rêve fédéraliste européen, le tourisme de masse, l’individualisme. Il est inutile d’allonger cette liste tant sous ces différents vocables, l’on peut trouver tous les errements et toutes les fausses promesses de notre temps.

Cette épreuve met aussi au grand jour le déclassement, économique, social et culturel de la France. Le monde « postmoderne » dans lequel nous vivions, cette société « hyper-festive » comme l’avait qualifiée Philippe Muray, où régnait une promesse de progrès perpétuel, s’écroule avec cette pandémie.

Pour que rien ne soit plus comme avant, le politique doit retrouver sa place, sa primauté sur le pouvoir économique, sa mission de protection et la « compétence de la compétence » : la souveraineté sans laquelle aucun pouvoir ne peut décider et agir.

Seuls les Etats ont protégé leur population. C’est à la Nation que les peuples s’identifient.

Le protectionnisme n’est pas un retour aux égoïsmes nationaux mais un retour au local, aux solidarités de proximité, à l’enracinement. « Le déracinement déracine tout, sauf le besoin de racines » écrivait Christopher Lasch.

Cette épreuve redonne à cet enracinement, aux liens familiaux, aux solidarités locales leurs lettres de noblesse.

Elle sonne le glas de l’Etat maastrichien. L’Union européenne doit être refondée pour devenir une Europe de la coopération entre des Nations souveraines. C’est notre civilisation commune qui nous aidera à la rebâtir. Le patriotisme économique, les relocalisations, la réindustrialisation et l’indépendance du pays en matière de santé sont les clefs pour un nouveau départ de la France.

Share This