Accueil | Communiqués | Senne démersale : les pêcheurs français trahis par E. Macron au profit de la pêche industrielle néerlandaise !
Senne démersale : les pêcheurs français trahis par E. Macron au profit de la pêche industrielle néerlandaise !

Senne démersale : les pêcheurs français trahis par E. Macron au profit de la pêche industrielle néerlandaise !

par | 30 septembre 2022 | Communiqués

France Jamet,

Député français au Parlement européen

Le trilogue européen qui s’est tenu ce jeudi 29 septembre au sujet du régime d’accès aux eaux de l’Union a révélé au grand jour une trahison de la part du Gouvernement français par son refus de soutenir l’interdiction de la senne démersale dans la Manche. Cette technique destructrice est régulièrement dénoncée par nos pêcheurs français mais pratiquée par les néerlandais.

Passée à une voix près (dont je m’honore) en commission Pêche du Parlement européen, la modification de l’article 5 du règlement Politique Commune des Pêches devait permettre à la France d’interdire l’accès de ses eaux territoriales en Manche aux senneurs sous pavillon néerlandais et belge. Cette modification a été rejetée, y compris par la France elle-même, au fallacieux prétexte qu’elle serait « discriminatoire » !

On savait le lobby de la pêche industrielle néerlandaise influent auprès de la Commission européenne, on découvre qu’il est aussi auprès du Gouvernement de Monsieur Macron. Le président de la République, et son Secrétaire d’État à la mer Hervé Berville, sont directement responsables des faillites des pêcheurs côtiers des Hauts-de-France et de Normandie, dont les méthodes de pêche, artisanales mais durables et vertueuses, les empêchent de rivaliser avec des navires-usines de 30 mètres de long.

Les élus du Rassemblement National à Bruxelles et à Paris dénoncent le cynisme honteux du Gouvernement français, qui ne proposera, comme seule porte de sortie, que de nouveaux plans de sortie de flotte pour déchirer des navires d’entreprises familiales qui ont déjà payé un très lourd tribut avec les négociations ratées du Brexit, la crise du Covid et l’explosion des prix du carburant.