Sécurité au Sahel : la France en première ligne

Sécurité au Sahel : la France en première ligne

par | 14 octobre 2020 | Communiqués

En Afrique, la France et les soldats français sont en première ligne pour combattre le terrorisme islamiste. Barkhane est un rempart pour l’Europe. Cinquante soldats français ont sacrifié leurs vies dans ce combat. Combien pour les autres pays européens ?

Un rapport concernant le Sahel déposé par Javier NART a été voté en Session Plénière du Parlement européen en septembre dernier, sur lequel les élus du Rassemblement National se sont abstenus. Cette abstention reflète une position cohérente, fruit d’un travail et d’une réflexion aboutis.

Ce rapport soulignait en effet avec justesse l’engagement de la France, et balayait avec objectivité les problématiques de cette région. Mais les solutions qu’il proposait exigeaient deux conditions avec lesquelles nous ne pouvions être d’accords. La première, c’est l’existence d’une diplomatie européenne unifiée, entrave évidente à la souveraineté des États, que nous refusons. La seconde, c’est la volonté de calquer un modèle de démocratie libérale européen dans les pays de la région, au mépris des cultures locales, manque de réalisme évident sur un sujet géostratégique complexe.

Nicolas Bay, Thierry Mariani et Jérôme Rivière ont déposé 16 amendements sur ce texte en Commission des Affaires étrangères, soulignant la solitude de la France dans son combat. Madame Loiseau, présidente de la sous-commission Sécurité et Défense ment donc quand elle affirme que les élus du Rassemblement National ne se sont pas positionnés. Pire, elle fait mine d’ignorer les appels incessants formulés par Emmanuel Macron et Florence Parly à la solidarité européenne. Force est de constater qu’elle n’est aujourd’hui composée que d’une faible minorité de contingents européens.

Oui, le Rassemblement National appelle les Nations européennes à participer à la lutte contre un terrorisme qui menace toute l’Europe. Mais cette lutte ne doit pas être un prétexte pour la dilution de la défense française au sein d’une défense européenne.

Notre armée est le gage de notre souveraineté, et ne doit pas être asservie aux volontés supranationales. Telle est notre position, telle est notre cohérence, telle est notre crédibilité.

Share This