Accueil | Communiqués | Santé publique : un effondrement qui vient de loin.
Santé publique : un effondrement qui vient de loin.

Santé publique : un effondrement qui vient de loin.

par | 16 janvier 2023 | Communiqués

Communiqué de Mme Annika Bruna

Député Français au Parlement européen.

Le plan santé annoncé par Emmanuel Macron le 6 janvier dernier, appelant à réorganiser le temps de travail et à changer le mode de financement, n’a pas convaincu la communauté médicale. En effet, ce plan ne mettra pas fin aux pénuries de lits ni de personnels soignants.

Le problème est qu’Emmanuel Macron prend conscience beaucoup trop tardivement de l’effondrement de notre système de santé. Pour mémoire, ce n’est qu’en 2020 que celui-ci a supprimé le numerus clausus instauré en 1971 par la loi Faure.

Le nombre d’étudiants en médecine a augmenté depuis cette décision (9361 en 2020, 11 180 en 2021[1]). On estime que 10 300 étudiants par an en moyenne seront formés entre 2021 et 2025, contre 8 500 par an en moyenne auparavant. Mais les effets de cette réforme ne se feront sentir qu’entre 2030 et 2035 puisqu’il faut désormais 10 ans pour former un médecin.

Malheureusement, cette réforme aurait dû être menée dès le début du 1er quinquennat Macron, voire 5 ans auparavant sous le mandat de François Hollande…

En attendant, les hôpitaux publics recrutent bon nombre de médecins étrangers (11 433 médecins européens et 13 984 médecins extra-européens[2]), dont le dévouement est certes remarquable mais qui n’ont pas toujours reçu une formation équivalente à nos médecins.

Il nous faudra également faire face à une vague sans précédent de départs de médecins à la retraite, tandis que la population française, en raison du refus obstiné de mettre en œuvre une politique nataliste dans notre pays, subit un vieillissement fulgurant qui accroît encore la demande de soins.

En dehors même de l’effondrement de nos hôpitaux, un français sur dix souffre déjà d’un faible accès aux soins. Nous commençons à payer le fruit des plusieurs décennies d’incurie au sein de l’État, alors que toutes ces évolutions démographiques étaient prévisibles et prévues.

Marine le Pen, lors des précédentes élections présidentielles de 2022, a évoqué de nombreuses pistes pour redresser la barre, parmi lesquelles :

– La remise en place de la dotation globale de fonctionnement, au lieu de la tarification à l’activité ;

– Le plafonnement à 10 % du personnel administratif dans les hôpitaux, afin de dégager des marges budgétaires pour recruter davantage de personnel soignant ;

– La suppression des Agences régionales de santé (ARS) afin que la gestion des hôpitaux soit confiée aux Préfets de région ;

– La revalorisation de 10 % du salaire des infirmiers pour atteindre la moyenne européenne ;

– La suspension des fermetures de lits (18 000 lits supprimés sous le 1er mandat Macron !) ;

– La formation de médecins et d’infirmiers supplémentaires (10.000 places supplémentaires dans les Instituts de Formation en Soins infirmiers (IFSI) et les centres de formation d’aides-soignants) ;

– La rémunération de la consultation modulée en fonction du lieu d’installation du médecin ;

– L’élargissement des tâches confiées aux pharmaciens, aux sages-femmes, aux infirmiers et aux assistantes sociales afin de libérer du temps médical ;

– L’augmentation du nombre de maisons et de centres de santé pour mieux couvrir le territoire, dotés de la capacité de traiter les petites urgences afin de désengorger les hôpitaux ;

– La suppression de l’AME (Aide Médicale d’État) allouée aux étrangers en situation irrégulière et qui sera remplacée par une aide d’urgence vitale.

Ces différentes solutions permettraient de reconstruire notre système de santé en faisant primer le médical sur l’administratif, en reconnaissant le dévouement des personnels de santé et en favorisant également leur implantation dans les déserts médicaux.

[1] https://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/la-fin-du-numerus-clausus-naura-pas-deffets-avant-2035
[2] https://www.ladepeche.fr/2022/07/01/deserts-medicaux-des-medecins-venus-de-letranger-toujours-en-nombre-10409415.php