Rupture du contrat de sous-marins avec l’Australie : quelle responsabilité de l’État Français ?

Rupture du contrat de sous-marins avec l’Australie : quelle responsabilité de l’État Français ?

par | 16 septembre 2021 | Communiqués

La rupture par le gouvernement Australien du contrat de constructions de douze sous-marins par Naval group est un échec cinglant, à la fois du gouvernement français, mais aussi de l’industriel.

Du gouvernement d’abord, car il n’a pas vu venir ce camouflet, ni pris au sérieux les menaces énoncées par le Premier Ministre Australien venu en France il y a trois semaines.

De l’industriel ensuite, qui n’a pas mis en place les équipes suffisantes en matière de lobbying ou de protection juridique de ce contrat, et a laissé la concurrence internationale saper un contrat d’une importance presque vitale.

La gouvernance des chantiers et de l’industrie Navale Française est mortifère, et l’on en voit aujourd’hui les résultats. « Nous avons alerté depuis des mois sur cette situation » a déploré Jérôme Rivière, « les faits nous donnent malheureusement raison ».

C’est un camouflet diplomatique et stratégique pour ce gouvernement, avec la disparition d’un marché essentiel, et un signe très mauvais pour les potentiels marchés futurs dans cette région stratégique du Monde.

« Ce nouveau recul de la France aura de graves conséquences, aussi bien pour les emplois en France que pour l’image de notre pays dans la concurrence internationale de l’industrie de défense », a conclu l’eurodéputé.

Share This