Rapport du Parlement européen sur la Turquie : aveu d’impuissance et déni de réalité.

Rapport du Parlement européen sur la Turquie : aveu d’impuissance et déni de réalité.

par | 12 mai 2021 | Newsletter

Lors de la prochaine session plénière la semaine prochaine, sera voté au Parlement européen un rapport de la député socialiste Ramos. Ce rapport prend acte de celui fait par la Commission européenne sur les années 2019 et 2020, riches en exactions de la part du pouvoir Turc.

Si le texte qui sera voté (et c’est un progrès à souligner) comprend une liste presque exhaustive des abus du régime d’Erdogan, il n’en définit pas les causes, et n’en tire surtout pas les bonnes conclusions quant à la conduite à tenir. Pas une fois, l’islamisme politique n’est mentionné comme l’origine idéologique du nouveau régime qu’installe peu à peu Erdogan.

Le rapport reconnait certes que les négociations d’adhésion sont aujourd’hui au poids mort, mais il ne fait que le regretter, déplorant que l’attitude du pouvoir turc ne soit une entrave à un tel processus, aujourd’hui lettre morte. Mieux, il demande que les fonds de préadhésion versés à la Turquie le soient encore, mais qu’ils soient versés aux acteurs de la société civile. Mais Erdogan a l’avantage de la cohérence par rapport aux acteurs européens.

Le texte termine de se décrédibiliser en réaffirmant l’identité européenne de la Turquie et en souhaitant une désescalade des tensions, et des relations « de bon voisinage ». Pour un peu, il demanderait à Erdogan d’être « gentil » avec nous, parce que nous le sommes avec lui.

Voilà où en est rendue l’impuissance européenne, qui se voile la face et refuse la confrontation avec Ankara. Une nouvelle preuve, s’il en fallait encore, qu’avec Bruxelles, l’union fait bien plus la faiblesse que la force.

Share This