Accueil | Communiqués | Les émissions de CO2 émises par les véhicules neufs et utilitaires légers
Les émissions de CO2 émises par les véhicules neufs et utilitaires légers

Les émissions de CO2 émises par les véhicules neufs et utilitaires légers

par | 6 juin 2022 | Communiqués

Les Européens y sont habitués, la Commission Européenne a proposé de nouvelles restrictions concernant les émissions de CO2 des véhicules neufs. Alors que le pouvoir d’achat des européens se rétracte d’année en année, les apprentis écolos de Bruxelles continuent d’imposer des normes de plus en plus couteuses pour les usagers de la route. La volonté de supprimer les moteurs thermiques est une infamie. Ce texte est honteux et le Parlement risque de voter pour une version encore plus violente que celle proposée par la Commission.

L’Union européenne souhaite imposer la secte du tout électrique malgré tous ses inconvénients. Ce type de transport, s’il doit faire partie d’un ensemble de réponses mises à disposition du consommateur face à la crise environnementale, n’est certainement pas une solution unique. On sait que son coût reste prohibitif pour beaucoup de consommateurs, mais là n’est pas le plus gros problème. L’extraction des métaux rares pour fabriquer les batteries représente un coût environnemental gigantesque : 4.000 litres d’eau sont nécessaires pour fabriquer chaque batterie, des poussières fines sont éjectées à des kilomètres à la ronde polluant les exploitations agricoles et les paysans sont déplacés de force, comme en Chine.

Alors qu’elle donne des leçons d’humanisme à la terre entière, l’Union européenne souhaite donc déplacer la pollution des grandes villes vers le tiers monde.

L’urgence climatique est réelle. Seul un investissement ambitieux dans la recherche nous fera sortir de cette situation par le haut. Comme l’hydrogène que défend Marine Le Pen, l’essence synthétique ou les biocarburants, le véhicule électrique doit faire partie d’un ensemble mis à disposition du consommateur, pas d’une obligation légale. Le fardeau de l’écologie punitive est de plus en plus lourd, il est à l’origine de l’une des plus graves crises sociales de notre époque : les gilets jaunes. Les députés du Rassemblement national au Parlement européen seront extrêmement vigilants pour protéger nos citoyens et promouvoir une écologie de bon sens.