Le projet politique du Haut représentant de l’Union européenne aux affaires étrangères

Le projet politique du Haut représentant de l’Union européenne aux affaires étrangères

par | 28 septembre 2020 | Communiqués

Le Jeudi 24 septembre dernier, lors de la Conférence des présidents de commission du parlement européen, le Haut Représentant de l’UE pour les affaires étrangères, monsieur Josep Borrel, a présenté son projet : « Une Europe plus forte dans le monde ».

Au cours de cette présentation, il a insisté sur la nécessité d’affranchir les affaires étrangères de la règle de l’unanimité, pour passer à celle de la majorité qualifiée. Ainsi, les États-membres de l’Europe perdrait de facto leur droit de veto sur les décisions.

Cette aspiration est un non-sens diplomatique, alors que l’UE ne cesse de montrer son incapacité totale à faire entendre une voix qui porte dans les échanges internationaux, et que les peuples aspirent à un retour des Nations.

Elle est un non-sens politique puisqu’il est impossible de concilier les intérêts d’un si grand nombre d’États-membres, et que cette majorité contreviendrait forcément aux intérêts d’un ou plusieurs États à chaque décision.

Elle est un non-sens démocratique, car les peuples ne seraient plus représentés à l’international par ceux qu’ils ont élus.

Pour dénoncer ce projet, Jérôme Rivière a déposé ce jour une question avec demande de réponse écrite, directement à Monsieur Borrel, appelant celui-ci à préciser clairement sa pensée:

« Comptez-vous vraiment emmener certains pays européens dans des conflits qui ne sont pas les leurs? Souhaitez-vous asservir les diplomaties, et donc les armées des États-membres au projet politique qui est le vôtre, et que réprouvent massivement les peuples européens?

Le Président de la délégation Rassemblement National au Parlement européen s’inquiète d’une politique étrangère soumise aux idéologies antirusses ou anti-Trump du Parlement européen, qui serait loin du pragmatisme indispensable à la défense des intérêts de la France.

Share This