Le futur label européen sur le bien-être animal doit couvrir l’élevage, le transport et l’abattage.

Le futur label européen sur le bien-être animal doit couvrir l’élevage, le transport et l’abattage.

par | 18 décembre 2020 | Communiqués

Communiqué de Mme Annika Bruna et de Mme Virginie Joron. Députés Français au Parlement européen.


Mardi dernier, les ministres de l’Agriculture de l’Union européenne ont demandé à la Commission de proposer un dispositif volontaire d’étiquetage
européen sur le bien-être animal. La Commission présentera sa proposition en 2021.

Annika Bruna se félicite de cet accord de principe sur la création d’un label accordé aux denrées produites selon des normes plus strictes que celles déjà prévues par la législation européenne.

Un tel label est de nature à améliorer significativement la condition animale dans nos élevages tout en confortant le revenu des agriculteurs engagés dans cette démarche.

Toutefois, pour garantir des informations pertinentes au consommateur, ce label doit indiquer clairement :

La méthode d’élevage, intensive ou extensive, avec ou sans cage ;

– La méthode de transport, terrestre et / ou maritime, sur courte ou longue distance ;

– La méthode d’abattage, sans omettre de préciser si les animaux ont bénéficié ou non d’un étourdissement.

Si ces conditions étaient réunies, ce label européen permettrait une véritable montée en gamme du bien-être animal sur notre continent, tout en offrant au consommateur la transparence qu’il attend depuis déjà bien trop longtemps.

Share This