L’ajustement carbone aux frontières : une victoire idéologique du protectionnisme

L’ajustement carbone aux frontières : une victoire idéologique du protectionnisme

par | 10 mars 2021 | Communiqués

Le Parlement européen vient de voter en faveur d’un mécanisme européen d’ajustement des émissions de carbone aux frontières. Il vise à protéger l’environnement tout en préservant la compétitivité des industries européennes au travers du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACF).    

Cet ajustement carbone aura le mérite d’éviter des délocalisations et il protègera les entreprises européennes de la concurrence déloyale de produits fabriqués dans des pays où les normes sont moins contraignantes. Un producteur étranger exportant sur le marché européen devra s’acquitter d’un versementéquivalent à celui effectué par une entrepriseeuropéenne lorsqu’elle paye la tonne de carbone sur le marché ETS.

La délégation française du Groupe Identité et Démocratie a décidé de soutenir ce rapport fruit d’une victoire idéologique du Rassemblement National sur la pensée mondialiste et ultra-libérale de l’Union Européenne. Il marque un pas important vers le protectionnisme au sein de l’Union Européenne et il permettra de lutter contre la désindustrialisation des pays européens.

Mais ses modalités de mise en œuvre devront être reprises et améliorées par la Commission européenne dans son rapport prévu en juin 2021, pour être pleinement acceptables.

Enfin, la création à partir de ce mécanisme d’une ressource propre de l’Union européenne, dont la recette est estimée annuellement entre 5 et 14 milliards d’euros, affecté à la fois au remboursementde l’emprunt ‘Next Generation EU’ et au financement de la transition environnementale des pays les pluspauvres, crée un précédent inacceptable. Les sommescollectées ne doivent pas abonder le budget de l’UE mais doivent être reversées aux Etats membres.

Jérôme Rivière, Président de la délégation française du Groupe ID, salue cette avancée d’un protectionnisme à l’échelle européenne et veillera particulièrement sur deux aspects importants : le reversement de l’intégralité de cette « taxe carbone » aux Etatsmembres et la mise en place d’un rabais à l’exportation s’il était avéré que le renforcement des règles européennes devenait trop coûteux pour certaines entreprises.

Share This