Accueil | Communiqués | Eoliennes offshore : on saccage nos mers, on vire nos marins !
Eoliennes offshore :  on saccage nos mers, on vire nos marins !

Eoliennes offshore : on saccage nos mers, on vire nos marins !

par | 26 septembre 2022 | Communiqués

France Jamet,

Député français au Parlement européen

La marche forcée vers le tout éolien, et notamment l’éolien offshore, est résolument en marche sous la pression des directives bruxelloises avec la complicité zélée d’Emmanuel Macron.

À Saint-Nazaire, le Président de la République inaugurait le premier parc éolien maritime français opérationnel :  80 mâts de 180 mètres de haut, dotés de trois pâles chacune de la taille d’un Airbus, implantés à seulement 12 kilomètres de la côte, qui marquent le début d’un véritable naufrage écologique.

Emmanuel Macron s’y est engagé : doublement des cadences de construction et musèlement des procédures contentieuses pour arriver à l’objectif de 50 parcs offshore d’ici 2050, soit 40 gigawatts (GW), dont le rendement énergétique intermittent ne sera jamais celui de nos centrales nucléaires !

Sous la férule d’un lobbying actif, notre vaste espace maritime français fait l’objet d’une prédation sauvage des multinationales. Devant un parterre de pêcheurs médusés, le Secrétaire d’État à la Mer Hervé Berville aux Assises de la pêche de la Rochelle la présentait comme un « co-usage » des eaux. Il s’agit en réalité d’une véritable entreprise d’extorsion des pêcheurs de leur droit d’accès à la mer et à la ressource.

En effet, corollairement à la multiplication des aires marines dites « protégées » dont sont expulsés les pêcheurs sous couvert d’écologie, les promoteurs éoliens, sans vraie concertation et sans débat public, y seront autorisés à couler des dizaines de centaines de tonnes de béton dans les fonds marins.

Les élus du Rassemblement National et d’Identité et Démocratie sont plus que jamais vent debout contre cette entreprise massive de destruction de nos espaces marins. Ils condamnent avec force la complicité gouvernementale dans cette entreprise de désappropriation des pêcheurs de leur espace de travail, qui à terme privera les Français d’un pan important de leur souveraineté alimentaire.