Accueil | Communiqués | Chrétiens persécutés dans le monde : l’Union européenne s’en moque.
Chrétiens persécutés dans le monde : l’Union européenne s’en moque.

Chrétiens persécutés dans le monde : l’Union européenne s’en moque.

par | 18 janvier 2023 | Communiqués

Communiqué de Mme Annika Bruna

Député Français au Parlement européen, membre suppléante en commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire..

Trop occupée à promouvoir le voile islamique et à financer des associations proches des frères musulmans avec l’argent du contribuable, l’Union européenne en oublie que la principale religion persécutée dans le monde est la religion chrétienne.

Selon un rapport récent de l’ONG protestante « Portes ouvertes », publié ce 18 janvier, plus de 360 millions de chrétiens sont persécutés dans 76 pays, en raison de leur foi. Un chrétien sur sept ! Assassinats, détentions arbitraires, kidnapping, églises fermées ou vandalisées : rien n’est épargné aux chrétiens par ce qu’il faut bien qualifier de « forces du mal » regroupant principalement fanatiques islamistes, régimes communistes et autres groupes de malfaiteurs.

À ces persécutions physiques, ces violences, s’ajoutent les persécutions juridiques mises en place par certains États, sous le regard bienveillant des institutions européennes qui ferment les yeux. Elles sont pourtant promptes à imposer des sanctions lorsque la minorité persécutée est jugée « convenable » par les technocrates européistes.

La délégation française du RN au Parlement européen, menée par Jean-Paul Garraud, demande régulièrement que ce sujet soit débattu dans cette institution, comme ce fut le cas en juin 2022 lorsque les persécutions contre les chrétiens ont redoublé au Nigéria. Les autres groupes politiques, à l’exception des conservateurs d’ECR, sont parfois délibérément hostiles aux chrétiens tandis que la droite représentée par le PPE, à quelques exceptions près, se présente sournoisement comme favorable aux chrétiens mais sans jamais les défendre !

Il en résulte qu’aucune action tangible n’est entreprise par le Parlement européen, encore moins par la Commission européenne, pour sanctionner les pays qui laissent libre cours ou encouragent la haine contre les chrétiens.

Je réitère donc la demande de Jean-Paul Garraud, formulée le 7 juin dernier, pour réclamer la nomination d’un coordinateur européen chargé de lutter contre la christianophobie et la mise en place d’une stratégie européenne visant à combattre sa manifestation, comme c’est le cas pour l’antisémitisme et l’islamophobie.